Don’t have it

Faut-il toujours croire ce que disent les magazines de mode ?

La semaine dernière, j’achète le magazine Elle, ce qui m’arrive une à deux fois par mois, pas plus. A vrai dire, ma motivation n°1 est la série intitulée « Shopping : mini-prix maxi-effet ». La promesse du dossier : c’est 100 accessoires fashion à moindres frais. L’article est construit comme les 10 commandements (C’est le dieu de la mode qui nous parle). Et qu’est ce que je découvre ?

Le come-back de la chaussure bateau. Celle que porte les garçons et filles Tommy Hilfinger, les passionnés du trio bermuda-pull noué sur les épaules-golf. Oui, je suis bouffie d’a priori sur ces gens : on s’attend à ce qu’ils embarquent dans le port de Saint Malo ou qu’ils crient « Terre Terre ! », à tout moment…même si le plan d’eau navigable le plus proche est la Seine.

Autrefois, la méduse régnait sur les plages (vous savez, la vilaine sandale de plage en plastique qu’on nous faisait porter pour protéger nos pieds quand on était petits, à la plage, et que l’on fait porter à nos enfants pour les mêmes raisons, malgré notre sens du beau ultra développé). Désormais, elle se décline pour la ville dans des formes urbaines , telle que la ballerine ou la spartiate. Outre l’effet sauna-hammam garanti, le sentiment d’étouffement qui peut naître d’un séjour prolongé dans le plastique, je reste sceptique sur les avantages esthétiques. Mais bon, les fans des envolées fashion colorées y trouveront leur compte.

Et enfin je tombe sur LE phénomène qu’on veut nous imposer depuis un an. Je le retrouve chez toutes les fashionistas aux goûts très pointus. Pour cet accessoire précis, je ne peux décemment pas les suivre aveuglément. Parfois, il faut savoir être objective : je ne peux pas croire que les fashionistas ou les gens normaux comme vous et moi vont VRAIMENT adopter la basket à talons. Impossible d’avoir un port de reine, ou de l’allure avec ça. Je trouve que ça fait pétasse bling-bling. Je ne suis pas toujours une chic fille. Je vous avais prévenu. Je suis pour les nouvelles expériences, mais contre la pérennité des expériences râtées. Je peux justifier mon aversion pour cette chaussure dite « hybride » : c’est moche un point c’est tout.

Même si tous les meilleurs magazines vous assurent qu’il ne faut pas passer à côté de certains must-have, méfiez-vous : c’est peut-être un piège ou simplement du marketing savamment orchestré.

                                                                                                 

                                                                                 ashus2002010268prodzoombackv1m56577569831095789.jpg

Une réponse à “Don’t have it”

  1. likely dit :

    C’est sûr que c’est moche mais lorsque les magazines arborerons fiérement ces stars  » à la pointe de la mode » avec ces horreurs aux pieds nous courrons toutes à la recherche de ces bouses que l’on s’evertueras à trouver jolies et sexy!
    Inconsciemment nous voulons appartenir au groupe des filles qui savent ce qu’est la beauté même si parfois on doute quand même un peu …….

Laisser un commentaire