Candy girl

Hétéro toujours, hétéro pour toujours ?

Le secret d’une bonne série télé c’est :

1) que l’on puisse s’identifier à l’un ou l’autre des personnages principaux

2) qu’ils fassent partie du camp des méchants ou des gentils, que l’on finisse pas s’attacher aux personnages ou au scénario.

3) que les personnages nous fassent rêver, pleurer, en un mot qu’ils nous émeuvent.

4) Un minimum de sexe.

C’est ce que j’ai trouvé tout au long des 6 saisons de la série américaine The L Word.

Pour ceux et celles qui ne connaissent pas : une bande de copines pour la plupart lesbiennes, certaines bi ou hétéro, toutes évoluant dans un milieu plutôt « bobo », plutôt très très belles, s’aiment, couchent, se trahissent, font des enfants, font des projets (artistique, cinématographique, de transexualité, etc…) tout ça sur un fond de fêtes et de sexe (explicite) à Los Angeles.

Je visionne ces temps-ci les derniers épidodes de la 6ème et dernière saison (le dernier épisode a été projeté aux Etats-Unis, il y a quelques semaines) et je sais que je vais sentir comme la fin d’une histoire d’amour. Celle que j’entretenais avec Shane (Katerine Moenning), la fille androgyne de la série (celle au t-shirt blanc sur la photo). Je la trouve à tomber par terre : elle est une sorte de pendant du bad boy mais douée d’une sensibilité féminine, d’une sensualité absolue, et sa voix de velours ajoute un glamour infini à ce portrait assez flatteur (d’où V.O obligée). C’est un peu le Dom Juan de la série, celle qui brise les coeurs, celle au contact de qui on se brûle irrémédiablement les ailes. Et bien Shane, si je la rencontrais un jour et qu’elle me draguait, je lui dirai ouiouioui immédiatement. 

Je suis depuis longtemps exclusivement attirée par les hommes. Mais voilà. Pour moi, il y a des choses qui ne revêtent pas tant d’importance, a priori, surtout dans ce cas là.

Il suffit d’un petit quelque chose de différent, un feeling particulier, être sensible au charme et au style de quelqu’un, suffisamment pour se sentir irrésistiblement attiré. Exit les préjugés liés au sexe, à la situation familiale, au milieu social. Parfois il faut savoir se laisser aller au bon, au bien, au beau. Juste se laisser glisser vers son désir. C’est tout.

                                                              lecastdethelworldreunipourlasoireedecloturedelaserieimagearticlepaysage.jpg

                         

Une réponse à “Candy girl”

  1. likely dit :

    Ah SHANE(soupir……………………!!)

Laisser un commentaire