IrenaS

                                                          

                                                                               2863044838cc550d1318m.jpg

                                                                                   »What we feel most has no name »

                                                                                                  par IrenaS

 Peut-on s’émouvoir de tout ? 

Je ne sais pas faire de belles photos. Du coup, je n’en prends jamais, ni en vacances, ni en soirée, ni en famille, même pas avec mon téléphone portable. Toute tentative de cliché se transforme en une bouillie informe, floue, la mise au point est toujours hors sujet. Mes photos sont toutes systématiquement ratées. Ce n’est pas « mon truc ». Je sais ce qui est beau mais je ne sais pas faire le beau. Alors quand je tombe en arrêt sur des photos qui me font vibrer…

J’ai découvert la galerie d’IrenaS par hasard. Ses paysages sont travaillés comme des polaroïds jaunis par le temps qui passe. J’ignore si sa technique est irréprochable, si les différents logiciels photo facilitent le travail. D’ailleurs, je ne cherche pas outre-mesure : les créatifs ont tous leur secrets de fabrication.

Ce que je sais en revanche, c’est que les productions d’IrenaS me touchent. Ses marines, ses lacs, ses forêts aux arbres nus me parlent (plus que ses sujets urbains). Ils semblent emplis de mots jamais prononcés. Seuls les titres parfaitement choisis révèlent un peu du silence.

Laisser un commentaire