Brian Molko, de Placebo, et moi

Comment dire à un garçon qu’ il a commis un fashion faux pas ?

Très cher Brian,

je t’ai connu il y a quelques années, un peu torturé, le look dark romantique, assez beau dans ton rôle de garçon androgyne : cheveux courts ou mi-longs, les ongles vernis de noir, le visage fardé et les smocky eyes. Je scrutais tes apparitions télé, tes interviews, tes contributions à tous les Taratata, et autres émissions musicales, même les plus râtées.

Tu as chanté avec Asia Argento et je trouvais que vous êtiez sur la même longueur d’onde sur la reprise de Gainsbourg « Je t’aime moi non plus », de l’album collectif Trash Palace. J’ai d’ailleurs emballé des générations de garçons grâce à vos voix soyeuses.

J’ai des copains hétéros qui confessaient que s’ils devenaient homos, ils seraient attirés par toi. Moi c’était « où tu veux quand tu veux ».  

J’étais loin d’être une groupie en délire mais ton attitude pleine d’ambiguité sexuelle me faisait pousser de petits cris de plaisir lorsque je te voyais.

Et puis voilà, nouvel album, nouveau style : les cheveux longs et brushés me rendent imperméables à ton charme. Sache que ce choix capillaire n’enlève rien à la qualité de ton album « Battle for the Sun » qui sort le 8 juin et que je n’ai d’ailleurs pas encore écouté (outre le single « For What it’s Worth »).

Tu faisais encore très jeune en 2008 et maintenant tu fais vraiment « en route vers la quarantaine ». Et puis tu fais trop « straight », trop « clean ». Tu affirmes que ton nouvel album est un album d’espoir d’une heureuse vie future. Tu as dû te désintoxiquer d’un tas de choses (mal de vivre, sexe, drogues, alcool..) depuis Meds, l’album sur le thème des dépendances. C’est tant mieux. Tu vivras vieux, sans aucun doute.

Tu ne ressembles plus à celui que j’ai connu autrefois. Tu vas dire que je suis superficielle et que ce n’est pas l’apparence qui compte, et blablabla…Oui mais. Tu es en train de me perdre Brian. Je crois qu’il n’y a plus rien à faire que de guetter tes prochaines interviews pour vérifier ce qu’il est advenu de toi et de ta coupe de cheveux. Car je voudrais encore y croire…

 

6 Réponses à “Brian Molko, de Placebo, et moi”

  1. zaraki dit :

    on a apprend + sur vous en qques lignes quotidiennes qu en 25ans de parenté..
    sinon j espere que Nat va bien ;)

  2. Nat dit :

    Idem du côté off de ce chic blog…
    Si je résume, Zaraki, tu :
    . as 25 ans, 1m70, 75 kgs, bcp de pectoraux
    . as un lien de parenté avec Lo
    . tu es toujours prêt à rendre service, tu as une préférence pour les brunes, tu décryptes facilement ce que ressentent les femmes, on ne t’achète pas, tu ne portes pas de slip kangourou, tu te fais battre par ta copine à temps partiel
    . tu voyages pas mal (Bangkok, Rio,Inde, Espagne…), Paris te déprime

    Flippant, non ?! ;-p

  3. likely dit :

    t’es cerné Zaraki!

  4. zaraki dit :

    mdr
    alors je fais 1.70 77kgs now
    jai pas testé l inde encore mais si t dispo…
    apres jme fais battre c t une blague mais c vrai ke les filles aiment me toucher mdr
    apres c vrai pr le reste..
    tres forte..et toi alors?dis moi tout
    Likely on ne connait jamais assez bien ZARAKI lol
    ma betise n a pas de limite lol

  5. Nat dit :

    Z., je te propose de faire connaissance lors de la grosse partou… heu, fiesta qu’organisera Lo pour sa 2.000ème visite de son blog.
    LOL

  6. Lo dit :

    Perte de contrôle totale de mon blog !!! Je vais fermer les yeux sur les petites cochonneries de Zaraki et de Nat, pour cette fois lol

Laisser un commentaire