En eaux troubles

                                                  h2013336621227300957.jpg

Parfois, je me demande si ma copine Sasha (celle qui rate toutes ses aventures sentimentales et sexuelles, malgré sa beauté de madone) n’aurait pas raison : ne pas bouger, ne pas aller vers, rester en soi-même, et qu’autrui n’existe pas. On se fait moins mal sans doute à se cogner contre soi-même plutôt que contre les autres ?

J’aimerais parfois être sûre de ça…

Laisser un commentaire