Affinités

bannbkk.jpg

Comment l’on peut être happé par un album ou une chanson  ?

Il faut parfois savoir attraper le bon son, celui dans lequel vous rentrez sans peine. Il n’est pas question qu’il soit parfait, au contraire : il faut juste qu’il vous ressemble, qu’il vous imprègne, qu’il soit une seconde peau, qu’il soit juste vous.

Certains albums vous accompagnent dans votre quotidien et vous rassurent, d’autres vous ressemblent tellement que vous vous dites « si j’écrivais de la musique, ce serait ça ».

C’est ce que je me suis dit en découvrant la française Prince Miiaou (oui c’est une fille, seule), et son album « Safety First Ep ».  Je l’ai écouté par hasard, attirée par la pochette de l’album au visuel singulier : une fille entre deux chaises, une fille qui ne sait pas, qui n’est nulle part…

Un album rock indie, en anglais, du français sur certains titres. Et une chanson que j’ai apprivoisé, que je reconnais comme mienne en ce moment, symétrie exacte de ce que je suis, de ce que je sens : « No Compassion Available ». Une chanson ovni, que l’on apprivoise à force d’écouter le texte, d’essayer d’en pénétrer l’opaque signification. Je l’écoute en boucle, en me la rendant toujours plus intime : Il ya le texte et la diction de Prince Miiaou, le bruit de l’eau, les violons des dernières secondes : de la violence contenue, du désespoir pudique, de la tristesse dissimulée.

Mon autre album fétiche du moment est le premier album éponyme d’Izia (fille de Higelin, mais on s’en moque un peu, non ?), un rock comme un diamant non taillé, du brut, de l’énervé, du vrai. La voix magnifique d’Izia (18 ans) est comme marquée par la vie et la clope, mature, faisant penser, comme la voix de Prince Miiaou; à la P.J Harvey de 1993.

Le dernier titre de l’album d’Izia « Sugar Cane » me porte aussi très loin : mon hymne intime en quelque sorte, une chanson que j’ai l’impression d’avoir toujours aimée.

 Je vous parlerai un jour de Mansfield TYA, autre groupe rock français…Pour lequel j’éprouve du pur amour.

Laisser un commentaire